CONTACT

Catherine Th Coulomb

Eurasienne je suis, inter-culturelle je demeure, ouverte aux cultures d’Occident et d’Orient, depuis ma naissance, je chemine dans mon jardin intérieur, avec parfois quelques écueils sur ma route, mais toujours avec constance et sans renoncement. J’ai ainsi passé la plus grande partie de ma vie en intersection des genres, refusant de me laisser enfermer dans une catégorie. A cheval entre ces deux mondes qui ont mis tant de temps à s’accepter pour ce qu’il sont, j’ai pu, libre de mes choix, arriver à mieux appréhender les différences et les interactions. Les tropismes culturels de part et d’autres étaient d’une étonnante épaisseur. Aujourd’hui, par effet de mode ou par nécessité liée à la montée en puissance, d’abord du Japon puis, maintenant de la Chine, ils s’atténuent un peu sans s’estomper tout à fait, mais l’on se parle mieux, car l’on se comprend un peu plus. L’acceptation de l’autre passe nécessairement par la dissipation des zones d’ombre et par nommer à leur juste valeur les choses, les évènements, afin de mieux les mettre en perspective. Evaluer ce qui fait sens d’un côté ou de l’autre, remonter aux racines de notre raisonnement, que ce soit par l’étymologie des mots (ou des caractères), par l’histoire, la géographie, les moeurs, les coutumes, la pensée, toutes ces disciplines qu’il convient d’ouvrir les unes aux autres, de les articuler entre elles. A force de comparer, j’ai fini par me confier aux pages blanches dans le silence de mon isolement et je vous livre ce condensé de vie. Il ne demande qu’à continuer à s’enrichir par vos commentaires, et vos remarques, pour servir à d’autres …


Catherine Th Coulomb

Écrivez-moi